HOME
fr
fr


Fox Infographie
A Propos     Les News     Le-Blog     Galeries      Coup-de-Coeur   

Le BLOG 12 de Michèle Béguin
MATSYENDRANATH MACCHENDRANATH BUNGA DYAH Le donneur de pluie


image
image
Matsyendranath? Macchendranath? Buṅga Dyaḥ? Le donneur de pluie.

Tout a commencé lorsque Matsyendranath a pu s'échapper de sa prison et quelle prison ! Un immense poisson qui l'avait avalé...Il était prisonnier depuis des années lorsqu' il eu la chance d'entendre le secret du yoga que Shiva livrait à Parvati au fond de la mer pour en préserver le secret absolu...alors Matsyendranath appliqua les principes entendus. Il lui fallut tout de même encore une douzaine d'années pour qu'il acquiert la puissance voulue pour s'échapper de sa prison. Sa naissance avait été saluée par une prédiction néfaste! Il serait un enfant qui porterait malheur. Ainsi, ses parents le jetèrent à l'eau!!! Avalé par un poisson il se retrouva donc au fond de l'océan... Tout de même quel début de vie! Enfin, il en sortit par connaissance pure et devint un grand guru dont les travaux destinés à aider les êtres humains furent de grand intérêt. Mais comment devint il associé à la pluie.? Une autre légende le raconte. Lorsque Gorakshanath -disciple de Matsyendranath- vint en visite à Patan, il captura tous les serpents donneurs de pluie puis commença à méditer mais il se trouva déçu par les habitants de Patan. En effet ceux-ci ne lui donnaient pas les offrandes qu'il escomptait et ce manque provoqua une longue période de sécheresse pour le royaume de Patan! Le roi et ses conseillers décidèrent de faire appel à Matsyendranath qu'ils invitèrent. Lorsque que Gorakshanath entendit la nouvelle, il libéra immédiatement les grands serpents donneurs de pluie et se rendit aux pieds de son maître. Aussitôt libres, les serpents firent tomber la pluie. Et ceci année après année. A partir de ce moment, les gens de Patan vénérèrent Matsyendranath comme le dieu de la pluie en organisant une grande et longue fête: celle du Chariot de Matsyendranat ou Rato Macchendranath -Macchendranath rouge- ou Bunga Dyah Jatra en langue Newari. Les rituels asiatiques sont longs et sophistiqués mais chaque phase a son sens particulier qu'il ne faut pas négliger. Quinze jours avant le début de la procession de Rato Macchendranath, le premier rituel s'appelle le "Mahasnaan", le grand bain, qui, comme toute chose importante dans ce pays, est géré par la science astrologique. Jour et heure choisis par les spécialistes des astres, la déité est baignée avec un mélange d'eau, de miel et de lait avec quoi quatre prêtres - symbole des quatre directions- vont inonder la statue. Le premier jet touchant Machendranath indique la direction d'où viendra la pluie. Ce festival d'un mois entier a lieu pendant avril-mai juste avant la mousson, très exactement le quatrième jour de la quinzaine brillante du mois de Bachhala, septième mois du calendrier lunaire népalais. Institué par le roi Narendra Deva (640-683 AD), pour célébrer l'arrivée de Bunga Dyah et la fin d'une sécheresse effrayante, le Rato Macchendranath Jatra est encore une des joies des Népalais et un grand espoir de bonnes pluies et de prospérité. Pendant les semaines précédant le festival, dans le quartier de Pulchowk, on assemble les bois de char pour en faire un temple ambulant avec ses grandes roues et le surmonter d'un haut "clocher" de dix mètres couvert de branchages. Lorsque tout est près, la statue de Bunga Dyah sera retirée de son temple et hissée sur la haute plateforme du chariot. Pendant toute la durée du Jatra, un autre petit chariot fera le même parcours. C'est celui de Chàkuà Dyah ou Minnath, considéré comme le père de Bunga Dyah. L'itinéraire commence à Pulchowk, traverse les quartiers de Gabahal, Hakha, Sundhara, et se termine à Lagankhel. Un trajet long et difficile pour une masse comme celle-ci et les rues étroites aux étages vétustes malmenés par le sommet du véhicule. Très souvent, il faut arrêter la course du chariot car les problèmes techniques ne sont pas sans créer des dommages. Si la route est cahoteuse - ce qui arrive souvent - il y a des arrêts qui peuvent durer longtemps! Mais il faut dire que diriger cette masse énorme est vraiment difficile. Les tireurs sont dirigés par celui qui leur crie les directions et encouragements. Pour suivre la tradition, entre Iti et Thati les femmes sont exclusivement les seules à tirer cette lourde masse. Cette partie de la procession est connue comme "Yākah Misāyā Bhujyā". La fête se termine à l'ouest de Lalitpur à Jawalkhel dans une grande frénésie par ce qui rend les Népalais très enthousiastes: la cérémonie de Bhoto Jatra. On montre le "bhoto" une petite casaque locale. Mais bien sûr il faut que les maitres des astres consultent leurs almanachs et se consultent mutuellement aussi pour définir, le jour et l'heure! C'est le moment de gaieté hystérique de cette longue fête. Le jour dit, un officiel du gouvernement hissé sur le chariot montre à une foule attentive et aux quatre directions, la fameuse petite casaque noire constellée de pierres précieuses. Et pourquoi? Nous voici avec une nouvelle légende expliquant, des années lumière après l'évènement, ce qui se passa alors... Un paysan Newar -un Jyapu- ayant aidé le dieu serpent Karkotaka Naga, se vit récompensé par une casaque noire illuminée de pierres précieuses. Un jour, ce fermier en visite à Jawalkhel pour voir la fin de Rato Macchendranath Jatra, vit un népalais porter ce vêtement qui lui avait été volé un peu plus tôt. Immédiatement une querelle éclata et la foule s'en mêla mais aucun des deux ne put en prouver la propriété. Il fut donc conclu que la chemise sous la garde de Bunga Dyah jusqu'à ce que le vrai propriétaire vienne la réclamer avec les preuves irréfutables. Depuis lors, la casaque est montrée chaque année au public pour que son propriétaire vienne la reprendre. La déesse vivante de Patan, Kumari, se montre aussi plusieurs fois pendant cet événement, en fait à chaque étape, elle vient et silencieusement s'offre aux regards, prières et reçoit les offrandes de ses fidèles. Assise sur un siège spécial, maquillée traditionnellement et habillée de rouge, ornée de tous les joyaux des déesses, sa présence rassérène ses fidèles. Le festival terminé, le chariot est démantelé et ses différents éléments stockés jusqu'à la foie prochaine. Rato Macchendranath est emmené vers Bungamati pour six mois et puis reintégrera son autre demeure à Patan.



signature michele beguin

A Propos de Michèle Béguin

CNIL:1050096 2004 © Michèle Béguin