HOME
fr
fr


Fox Infographie
A Propos     Les News     Le-Blog     Galeries      Coup-de-Coeur   

Le BLOG 8 de Michèle Béguin
Remerciements à Indra.


image
image
Remerciements à Indra.

Les pays du sous-continent indien - où le Népal est inclus - accueillent les eaux des pluies de mousson avec dévotion puisque elles sont les seules averses de l’année. "Barsat Varsha", la saison des pluie, est source de vie, renouveau, amours et richesses. Après une attente inquiète de la venue des pluies, les peuples du bassin de Kathmandu vénèrent et remercient Indra, le grand donneur des pluies et des orages. Indra, Dieu Indo-Aryen introduit par les vagues d'invasions du 2ème millénaire av. JC fait partie des principales déités du panthéon hindou. Chef de tous les autres Dieux, il représente le courage, la force et la puissance. Il est aussi en guerre perpétuelle contre Ahi, la sécheresse. Malgré toutes ses qualités protectrices et ses pouvoirs divins, il est perçu par les Newars du bassin de Kathmandu comme un envahisseur, connoté à un sentiment de lutte raciale. Indra, l’Indo - Aryen à peau blanche, regardé comme un homme de race supérieure, est néanmoins assujetti comme un voleur pendant la fête d’Indra Jatra, et représenté entravé comme tout criminel. Voici la légende qui raconte son crime : "La Mère d’Indra aimait beaucoup les fleurs de parijata. Comme elle en avait besoin pour ses vénérations quotidiennes, elle demanda à son fils de lui en procurer. Pour se faire, Indra glissa de nuage en nuage et arriva sur terre. Lorsque dans le quartier de Maru Hitti, Indra trouva les fleurs de parijata, il les cueillit mais se fit prendre par les habitants du quartier qui le lièrent à un pilori, les bras en croix. Ne le voyant pas revenir, sa Mère descendit sur terre et à ce moment, les habitants de Maru Hitti reconnaissant la nature divine d’Indra, le libérèrent en se prosternant devant lui. Indra et sa Mère repartirent sur leur Olympe, le mont Meru, mais pour remercier les humains de leur geste magnanime, elle promît « d'envoyer tous les ans le "lait" de la vallée, ce brouillard hivernal humidifiant les terres et aussi d'aider les âmes des défunts en les conduisant dans le cosmos ». C’est le huitième jour de la quinzaine claire du mois de Bhadra que les habitants de Kathmandu transportent un tronc d'arbre dépouillé de ses branches et préalablement désigné par une chèvre consacrée dans une forêt magique, puis l’apportent à Hanuman Dhoka, à un endroit déterminé et fixé après le sacrifice d’un poulet ou d’un bouc. On hissera le mât le matin, en criant "Indra est venu" ou "Indra est avec nous", assurant ainsi paix et prospérité. Au pied du mât d'Indra, les gens se prosternent, font des offrandes de riz et pièces de monnaie aux superbes petits bronzes dorés représentant Indra et son éléphant blanc, Airavat. Parqués sur le côté de l'aile néo-classique de Gaddi Baithak, devant la grande place pavée de Basantpur se trouvent trois chariots décorés pour la sortie la Kumari Devi, Ganesh et Bhairav. Le deuxième jour il ne se passe rien de particulier sinon que toute la journée des groupes de danseurs se promènent et évoluent sur la place de Hanuman Dhoka et Basantpur, des musiciens et des files de soldats Gurkha en uniformes traditionnels du 18ème siècle époque de la conquête de Prithvi Narayan Shah. Mais le 3ème jour, tôt dans l’après midi, une foule colorée s'installe sur les hauts gradins des temples : aujourd'hui, devant le président de la république Népalaise et son premier ministre, les dignitaires Népalais et Etrangers, la Déesse effectuera sa première sortie. Deux autres suivront. La fête de la Déesse vivante est abritée au sein de la longue fête de Indra Jatra, une des fêtes les plus importantes et les plus complexes de l'année. En 1768 le roi Prithvi Narayan Shah de Gurkha entreprît la conquête de Kathmandu. En soldat astucieux, il attendît que la fête d’Indra Jatra commence, sachant que c'était une des occasions pour laquelle les Népalais ne se privent pas de boire du rakshi et même d'en abuser à tel point que leurs forces de défense deviennent nulles. Prithvi Narayan qui se languissait de devenir le maître de la vallée avait déjà posé les jalons d'une amitié intéressée en se rapprochant des souverains de Bhaktapur et de Patan. Donc pendant la Fête de Indra, le jour de la sortie de la Déesse vivante, les armées de Gurkha attaquèrent la ville de Kathmandu,. Comme prévu la ville se rendit facilement, donnant l'accès à ce que l'on appellera la dynastie Gurkha. Tous les ans pendant cette fête, à l'issue de la dernière sortie de la Déesse vivante, les rois de la dynastie Shah de Gurkha se sont inclinés devant la Déesse pour en recevoir sa bénédiction sur le front,-le tika- et sa permission tacite de gouverner le royaume. La dynastie des Shah de Gurkha a été abolie au profit d’une république démocratique La semaine est chargée en parades, danses spontanées de rue dans la journée et le soir plus élaborées, elles racontent les épopées classiques de l’Hindouisme. Toute la journée durant pendant ces huit jours de culte les dévots offrent des prières et des rituels à des bronzes dorés d’Indra certains hissés sur des échafaudages. Tout se passe dans une atmosphère de fumées d’encens, de klaxons, de cymbales, des grelots des danseurs. Cette semaine de festivités est aussi l’occasion de vénérer Bhairav, la forme de Shiva protectrice du Népal. Dans l'Hindouisme, Shiva, principe de destruction du Mal, a comme tous les dieux plusieurs formes et visages agissant selon les besoins du monde et des humains suivant les époques. Shiva devient donc Bhairav lorsque le monde est sur le point d'être terrassé par le Mal. Comme nous sommes dans l'ère des désirs matériels défiant les puissances du Bien, la tâche principale de Shiva courroucé ou Bhairav, est de lutter contre l'attachement à ces plaisirs matériels qui empêchent l'âme de progresser sur le chemin de la libération, Moksha, but suprême de l'être humain. Pour protéger le pays, c'est ce visage à l'apparence violente qui s’est imposée pour en éloigner les diverses forces négatives. De grands bustes de Bhairav en métal et en bois sont disposés aux carrefours de la vielle ville et portent les marques de la dévotion du peuple. Le dernier jour de la fête de Indra arrive le lendemain, on abaisse le mât que l'on va le porter dans la rivière Bagmati pour l'immerger.



signature michele beguin

A Propos de Michèle Béguin

CNIL:1050096 2004 © Michèle Béguin